Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Aux caisses du supermarché, la file d'attente s'allonge. Chacun tourmente nerveusement son porte-monnaie, et les articles à payer. Arrive le tour d'une femme encore jeune, bien mise, d'allure élégante ; une fillette de huit ans l'accompagne, petit visage maigre, air sérieux, lunettes et gros cartable dans le dos, évoquant vaguement la forme arrondie d'une tortue. La femme a choisi plusieurs vêtements que la caissière, une maghrébine de vingt ans maquillée avec soin, enregistre l'un après l'autre, après en avoir ôté les antivols. La cliente paye.
La caissière passe au client suivant, après avoir, d'un geste, désigné les sacs plastique à la femme. C'est votre travail, s'insurge la cliente, d'emballer les affaires, et de les ranger dans le sac.
Mon travail, c'est d'encaisser, Madame, répond la caissière en attaquant le client suivant. Vos affaires, vous pouvez les mettre vous-même dans le sac.
Fais ton travail convenablement, ça te changera la vie, tu verras, s'énerve la cliente. 
Le ton monte. Dans la file d'attente, chacun se garde bien d'intervenir. C'est pas ton travail, peut-être, d'emballer les affaires ? Connasse, va ! La caissière tient bon sous l'injure, la cliente a fourré les vêtements en boule dans un sac. Tempêtante, gesticulante, convaincue de ne rien obtenir, elle s'arrache à la caisse, Connasse, connasse. La fillette au gros cartable sur ses talons, elle fonce vers la sortie.
Le retour à la tranquillité est un soulagement. Dans la file d’attente, chacun respire et se détend. Mais une sonnerie stridente retentit bientôt dans tout le magasin. Et revoilà la cliente vociférante, un vigile sur ses talons, qui jette son sac de vêtements sur le comptoir. Dans la file d'attente, on rentre la tête dans les épaules. Tu vois, hurle-t-elle à la caissière, à cause de toi, je passe pour une voleuse ! Parmi les vêtements, un antivol oublié apparaît. Fais-le, maintenant, ton boulot, connasse, triomphe la cliente échevelée, en sueur, et ravie. Vaincue, la caissière obtempère en silence. Près de la porte de sortie, immobile, tête baissée, attendant sa mère, la fillette-tortue.

Partager cet article

Repost 0