Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Goebbels haranguant une salle électrisée : « Voulez-vous la guerre totale ? – Oui ! – Une guerre au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer ? Heil ! hurle la foule galvanisée, encore et encore. Heil ! Une mère folle de douleur serre contre elle son enfant mort dans le ghetto de Varsovie ; les squelettes vivants des camps de prisonniers du Pacifique titubent sur leurs jambes ; les petits enfants rescapés d'Auschwitz montrent leurs minuscules avant-bras tatoués ; un soldat allemand amputé d’un bras, qui fait le salut hitlérien de l’autre ; l’expression honteuse mais soulagée de soldats allemands faits prisonniers par les américains ; les civils japonais se jetent du haut des falaises à l’approche des Américains ; les habitants de Tunis adressant des bras d’honneur aux soldats italiens prisonniers ; bombardements filmés depuis la cabine de pilotage : les maisons, les routes, les églises disparaissent dans des nuages de poussières ; décombres et décombres encore ; Dresde en flammes dans la nuit noire de 1945 ; les corps carbonisés, les visages fondus de Magda et Heinrich Goebbels ; les soldats allemands du front de l’Est, écœurés de la guerre, du régime nazi et convaincus de la défaite inéluctable, qui ne se saluent plus en disant Heil Hitler, mais Ein Liter (un litre).  Et en fin cette phrase de Churchill : « Nous ferons boire aux Allemands une potion aussi amère que les malheurs qu’ils ont infligés au monde »

  Spectateur de désastre

Dans lumière rasante d'un matin d'été 
Agent Orange  

Tag(s) : #le monde vu de ma fenêtre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :